II : Qu'est-ce que le Coca-Cola ?

II : Qu'est-ce que le Coca-Cola ?

 


1) l'eau
Protocole de l'expérience montrant la présence d'eau dans le Coca-Cola.

-Nous avons prélevé une demi-cuillère à café de sulfate de cuivre anhydre puis nous l'avons reparti dans 3 coupelles.
-Nous avons prix 3 produits différents : De l'eau distillée, de l'huile et du Coca-Cola.
-Enfin nous avons versé les différents liquides dans les différentes coupelles et observé les résultats.

Analyse

Nous observons que le sulfate de cuivre anhydre devient bleu en présence d'eau distillé ceci est notre témoin.
En revanche en présence d'huile la poudre reste blanche on en conclue que l'huile ne contient pas d'eau.
Nous effectuons le test sur le Coca-Cola nous observons que le sulfate de cuivre anhydre prend une couleur bleue avec des teintes marron du à la couleur de la boisson.
On peut donc affirmer que le Coca-Cola contient de l'eau.


2) Acidité


Protocole de l'expérience montrant l'acidité d'une substance

Nous trempons une bande papier pH dans un échantillon de Coca-Cola.

Analyse

Apres un instant la bande de papier pH change de couleur, nous la comparons avec l'indicateur universel de pH et observons que le pH est de 3.

Conclusion

On en conclut que le Coca-Cola est extrêmement acide car plus on se rapproche de 1 plus l'acidité est élevé.

 


3) Dioxyde de Carbonne

Protocole de l'expérience prouvant la présence de dioxyde de carbone

-Prélever quelques gouttes de Coca-Cola et les introduire dans un tube à essai.
-Boucher ce tube à essai avec un bouchon avec un conduit qui amène les gaz émanant dans un autre tube a essai qui contient l'eau de chaux.
-Si l'eau de chaux se trouble, c'est qu'il y a présence de dioxyde de carbone.

 

Analyse

On observe que l'eau de chaux se trouble.

Conclusion

Donc le Coca-Cola contient du dioxyde de Carbonne.

 

 


4) Glucose

a) Liqueur de Fehling


Protocole de l'expérience montrant la présence de glucose.

-Nous prélevons quelques gouttes de Coca-Cola que nous introduisons dans un tube à essai.
-Nous ajoutons plusieurs gouttes de liqueur de Fehling dans ce même tube à essai celui-ci prend une couleur bleue foncée.
-Nous faisons chauffer le tube à essai quelques secondes au bec benzène et si il y a présence de glucose la couleur du mélange coca liqueur de Fehling doit prendre une teinte orange.


Analyse

Le tube à essai chauffé prend une teinte orange vif.

Conclusion

Etant donné la couleur après avoir chauffé au bec benzène on peut conclure que le Coca-Cola contient une forte dose de glucose.


b) Quantité de sucre

Protocole de l'expérience montrant la quantité de sucre

Nous trempons une bande de papier test de glucose dans un échantillon de Coca-Cola, et le comparons à l'échelle donné sur la boite.

Analyse

Nous observons que la couleur du papier trempé est de la couleur de la légende la plus élevé, ce qui correspond à plus de 20 000 mg par décilitre soit plus de 111 moles de glucose par litre.

Conclusion

Le Coca-Cola contient donc plus 200 grammes de glucose par litre de boisson. Ce qui est excessivement élevé.

 

 

5) La caféine
Protocole de l'expérience de l'extraction de la caféine dans le Coca-Cola.

- Nous avons prélevée 100 ml de Coca-Cola (préalablement dégazé) et nous avons introduit du carbonate de calcium de formule Ca2CO3 jusqu'à ce que le pH du Coca-Cola devienne neutre (soit 3g de carbonate de calcium).

 

 

 

 

 


- Nous avons ensuite filtré la solution de Coca-Cola et de carbonate de calcium afin d'éliminer le surplus de Ca2CO3

 

 

 


- Une fois la solution filtrée, on la verse dans une ampoule a décanter, ou l'on a joute 10 ml, de Dichlorométhane, puis l'on agite, puis on dégaze. On répète cette opération jusqu'à qu'il n'y est plus de gaz dans l'ampoule.

 

 

 

- On laisse ensuite l'ampoule décantée, peut a peut on observe deux phases dans l'ampoule, la phase inferieur est constitue de caféine et de Dichlorométhane, on la récupère dans un Erlenmeyer.

 

- On ajoute à nouveau du dichlorométhane dans la phase supérieure et l'on recommence les procédés qui suivent l'ajout.
- On effectue une distillation de la solution de dichlorométhane et de caféine en plaçant le contenue de l'erlenmeyer dans un ballon.

- Puis on chauffe le ballon à l'aide d'un bain-marie.

- On observe que le dichlorométhane s'évapore rapidement pour se condenser le long du tuyau réfrigèrent pour retomber sous forme liquide dans le bécher de récupération (c'est le distillat).
- Une fois le dichlorométhane évaporé, il reste sur les parois de l'ampoule de distillation une fine pellicule de poudre blanchâtre caractéristique de la caféine.
- Malgré le fait que l'expérience est lieu sous une hotte, le dichlorométhane est une substance nocive pour l'homme. Il nous est donc impossible de recommencer l'expérience afin d'obtenir une quantité suffisante pour prouver (coussin chauffant capable d'atteindre des températures très élevées et donc la température de sublimation de la caféine) que cette poudre blanche est bien de la caféine.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site